Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hôtesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.

12 May

FISE : Un point de vue perché

Publié par Julie  - Catégories :  #Terre

Une fois par an Montpellier entre en ébullition, l’événement tant attendu est sous les feux de la rampe : la ville se fise. Pour tous les non-languedociens, ça mérite une définition. FISE comme Festival International des Sports Extrêmes. Au programme tout ce qui glisse ou tient sur des roulettes : bmx, skate, roller, wake board*.

 

Il est neuf heures du matin, les enceintes hurlent déjà des sons rock, rap, métal et hip-hop pour accueillir les plus matinaux.

Stéphanie m’explique l’ouverture de l’espace VIP : « On nettoie le matin, à cause du vent. Pour commencer il faut aller chercher de l’eau dans le Lez pour passer la serpillière »

Je sens que je vais me plaire ici, pensai-je en ignorant que j’allais finir à moitié dans la rivière le dernier jour.

Pendant cinq jours l'agglomération passe du simple au double. La population se concentre au même endroit, s'agglutinant le long des pentes. Ce public assoiffé d’adrénaline vient acclamer les stars de ce festival en apesanteur, les riders. De vraies têtes brulées qui n'ont pas peur de mordre la poussière. Ils passent la moitié de leur temps à accomplir des figures renversantes, l’autre à l’hôpital. J’exagère un peu, il n'y à aucun mal à vouloir passer sa vie dans les airs.

 

Un bel événement sportif, comme son nom l’indique : cinquante-huit marches pour accéder aux tribunes VIP, où on a une des meilleures vues du site. C’est surement un échauffement comparé à la course incessante des organisateurs et techniciens. Les playmos sillonnent l’immense site au allées bondées et règlent tout jusque dans les moindres détails. Ils sont surnommé playmobils car ils font tout : montage, démontage, agents de sécurité occasionnels. Un métier de l’ombre à juste titre, ils restent sur place jusqu’à pas d’heure du matin. Sans cependant recevoir les honneurs : les flashs et applaudissements seront pour d’autres, coincés dans un costard une coupette à la main.

 

Une météo étanche est la condition sine qua non au bon déroulement des épreuves, car les structures sont exclusivement en plein air.  « L’essentiel, c’est qu’il fasse beau » affirme le maire. Pour ça on est servi : brûlant la journée et glacial le soir, semblable au désert de Dubai. Chaud, froid, vent, pluie : « Il y a les quatre saisons dans la même journée » rigole Andréa. Baskets et crème solaire plutôt qu’escarpins et mascara, ça me va. J'ai sous-estimé la puissance du soleil même en matinée, un coup de chaud est vite arrivé. Mon père m'amène une casquette sur les coups de midi, mais le mal est fait. Il m’attend en bas des marches avec un look de castor junior et grand sourire de vainqueur. Il tente de soudoyer la sécurité pour accéder à un endroit de toute évidence interdit, réservé aux riders. « Mais je suis un rider ! Champion de patin à roulettes, 1976 »

Merci, j’avais besoin de ça pour un premier jour.

 

Ça se bouscule devant le bar des gradins VIP : des jeunes, des moins jeunes, du beau monde. Des enfants qui profitent de l’accréditation de leurs parents pour ingurgiter le maximum de boissons gazeuses aux parfums loufoques.

« Have you got some tea ? » me demande un homme au fort accent britannique. « No. Are you english ? » « What a lucky guess ! »**

Pas de thé, à moins que Liptonne décide de troquer les canettes contre des sachets à infuser. Des sponsors en veux-tu en voilà : Redboules, Desesperados, SFX.

Des téléphones, de la haute technologie, des sodas multicolores qui maintient la foule excitée jusqu'au crépuscule. L'atmosphère est bouillante, c'est la cohue afin d'assister aux performances nocturnes. Un spectacle incroyable au coucher du soleil.

 

Il faut que ça vibre, FISE comme Frissons, Folie et Frénésie. Les deux speakers* au micro sont infatigables, ils se chargent de l'ambiance et demandent régulièrement des olas. Les quelques temps morts sont dus aux chutes des riders. Le silence s’installe, le soundsystem* s’éteint pour laisser place à un instant de flottement et d'inquiétude. Tout le monde retient son souffle et guette l’équipe médicale qui ne se fait pas attendre; le nombre de secouristes présent est proportionnel à l'ampleur de l’événement.

Après le show la fête bat son plein, les bars bordant les berges ne désemplissent pas.

 « Aujourd’hui on est quarante bénévoles sur cent-soixante » me dit Célia avec des yeux à peine plus grands que les miens.

 

Le dernier jour est difficile, il pleut par intermittence. Toute une équipe sèche sans relâche la piste de bmx devenue impraticable, à l’aide de bâches et balais.

Ma collègue à des hauts-le-cœur, apparemment ça tangue sous nos pieds. C’est vrai, autant qu’à l’arrière d’un triple sept : les gens - venus en nombre pour la finale - font bouger l'édifice en se déplaçant. La dernière épreuve n’aura pas lieu, laissant les compétiteurs sur leur faim et un public déçu, il aura attendu toute la journée.

Dans le sud c'est à cette heure-ci l'apéro, on se console en trinquant parmi les flaques et petits fours trempés. Pauline raconte quelques histoires dingues des éditions précédentes, comme ces deux allumés qui l’ont poussé pour grimper en haut des gradins et sauter dans le Lez. Tout ce cirque dans le but ultime de gagner un concours de photos.

 

Si le FISE vous a fait rêver, chanter et danser, rendez-vous l’an prochain ! : On murmure qu’il fête ses vingt ans.

 

*Je m’excuse auprès des personnes nées avant les années quatre-vingt et qui aurait du mal avec les termes anglais barbares ; j’ai donc fait un petit lexique simplissime au cas où. Dans l’ordre : petit vélo, planche à roulettes, patin à roulettes, sport nautique avec une planche.

Rider : compétiteur. Speaker : commentateur. Soundsystem : chaîne stéréo très puissante.

 

** « Vous avez du thé ? » « Non. Vous êtes anglais ? » « Vous êtes forte en devinette ! »

FISE : Un point de vue perché
FISE : Un point de vue perché
FISE : Un point de vue perché
FISE : Un point de vue perché
FISE : Un point de vue perché
FISE : Un point de vue perché
FISE : Un point de vue perché
Commenter cet article

Archives

À propos

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hôtesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.