Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hôtesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.

09 Sep

Safe talk

Publié par Julie  - Catégories :  #Ciel

Un premier vol dans une compagnie c’est (un peu) comme un premier rencard. Même si on en a eu plein avant on a l'impression d'avoir oublié, on balise devant l’inconnu. Et la principale question qui nous inquiète : qu’est-ce que je vais dire ?

 

Ou plutôt répondre. C’est mon line check, un premier vol où je serai fliquée évaluée, et au lieu d’avoir une petite question de sureté et sécurité - réglementaire à chaque briefing -, j’en aurai beaucoup, beaucoup. " Au moins dix."me dit mon instructrice, qui est là juste pour moi. J’ai intérêt à être réveillée, caféinée et ne pas m’embrouiller.

 

Je monte à l’arrière de l’Airbus A320, le chef de cabine à l’avant. Une voix retentit au PA*:

 

" Joulia, is it you ?"

 

Je crois qu’on m’appelle. Personne n’a imprimé correctement mon prénom, pas d’exception pour la chef de base qui m’a pourtant envoyé un mail de bienvenue. Je la rappelle à l’interphone, il y a encore des passagers dans la cabine.

 

- Oui c’est moi.

 

- Ce n’est pas ton avion. Tu dois descendre.

 

Ah bah bien, excellent début. Krister s’excuse en rigolant :" Désolé je n’ai pas fait attention. On est sur Sierra aujourd’hui, pas Romeo."

 

No souci, seuls les petits numéros d’immatriculation différencient ces avions peints en blanc, avec juste un smiley à l’arrière pour représenter Jet erre. Ma compagnie loue leurs avions à d’autres qui sont en galère en en besoin pour tout un tas de raisons, et nous envoient un peu partout.

 

" De l’intérim pour hôtesses de l’air, en quelque sorte." me dit Florian. Moui dans les grandes lignes, il est vrai que c’est parfois de la toute dernière minute.

 

Retour à la crew room, la salle du personnel où on retrouve les deux hôtesses belges et le cockpit. On commence le briefing : temps de vol, méteo, passagers spéciaux.. un stylo vite, il faut noter. SUPERZUT, mon sac. Je l’ai laissé dans le fameux Romeo.

 

" Cours, vole, on t’attend." Je fonce, zigzague sur le tarmac et récupère ce qui ressemble à une sacoche pour bébé.

 

" Ce n’est pas obligatoire les sacs de cabine chez vous ?" je demande à Morgane qui trimbale juste un énorme sac à main.

 

" Non, me dit la blonde avec un grand sourire. En cas d’escales imprévues, j’ai ma visa. Mais Nador c’est le bled, crois-moi tu n’as pas envie de rester bloquée ici."

 

Ça ne peut pas etre pire qu'un Jeddah plein à craquer. Lija commence à me poser les questions dès le premier secteur, qui est censé être mon vol de familiarisation.

 

" Tu ferais quoi en cas de décompression ? Quelles sont les commandes attendues en cas d'évacuation planifiée, et celles que tu dois crier? Durée des masques à oxygène, et des bonbonnes ? Quels signaux sur les systèmes en cas de fumée ou feu? Quelle est la définition exacte du NITS briefing? Preflight check de l’extincteur ? Procédure pour les déportés?"

 

Des abréviations en pagaille, elle change de topic à chaque fois pour faciliter la chose. Elle ne s’arrête pas, on a largement dépassé les dix. Elle attend que je me plante ou bien. Ça ne loupe pas.

 

- Quelle est la procédure lors du ravitaillement de carburant avec des passagers ?

 

- Hum, on arme les toboggans des portes opposées ?

 

- Tous ? Tu es sure ?

 

Aucune ligne de vie à l'horizon pour m'aider. J'ai mal aux yeux, gimme a break.**

 

- Oui. sauf si on ravitaille du coté droit.

 

Damn, il y avait une autre subtilité, je ne sais plus. J'essaie de me remémorer le schéma avec mes gribouillis approximatifs.

 

- Pas la deuxième gauche s'il y a des escaliers. Ni la première si on embarque..

 

Logique.

 

Je repense à un conseil qu’on m’a donné : Know your stuff***. Dans ce travail on a pas de devoirs à la maison : check in, check out, on ne rapporte aucune chimère chez soi. Alors en contrepartie on est testé avant chaque vol, afin d'éviter de se faire coincer il vaut mieux systématiquement cliquer sur "actualiser" pour la parcelle de mémoire qu'occupe le manuel.

 

" Tell me about ditching. Actions, commands, drills."

 

L’amerrissage, mon sujet préféré.

 

" C’est IMPOSSIBLE, m’expose Robin lors des révisions. Tu crois vraiment qu’un avion va se poser dans l’océan, comme ça ? Il va couler, comme un fer à repasser." Pas d’accord.

 

Deuxième secteur, Lija se détend et me rectifie sur certains trucs : " Ta démonstration de sécurité, fais la plus haut. Et entraîne toi avec le masque, c’est brouillon." Le masque, mon pire ennemi ou l'apprentissage des noeuds marins.

 

" Sois plus attentive au PA."

 

J’ai ignoré le " Cabin crew, arm slides cross check and report ****" au premier secteur, alors que j’étais en train de jouer au tétris géant dans la cour des miracles cabine. Comment j'ai pu zappé la porte, avec qui je passe de longs tète-à-tète pendant les phases critiques.

 

Retour à Charleroi, on débarque. " Do you offer beers?" me dit la copilote.

 

Mais qu’est-ce qu’elle raconte. J’ai donné des bières aux passagers, oui pourquoi il fallait pas ? Pourtant au Maroc la vente d’alcool n’est pas interdite comme en Arabie Saoudite. Ou alors si. Non. Si. N..

 

Morgane me sauve de ma bataille intérieure : " Quand on réussit son line check la tradition est d'offrir des bières au reste de l’équipage."

 

Ouf. A votre santé.

 

*Public announcement : les annonces au micro qui vous réveillent ou coupent votre film.

 

**Donnez-moi une pause.

 

***Connais ton sujet.

 

***Charabia en français : PNC aux portes, armement des toboggans, vérification de la porte opposée.

Safe talk
Safe talk
Safe talk
Safe talk
Commenter cet article

Mikka 01/10/2016 20:20

J'aime beaucoup votre style d'écriture !
(C'est Mikka, le FO Francorusse.)

Archives

À propos

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hôtesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.