Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hotesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.

01 May

Charters

Publié par Julie

On dirait presque un gros mot. Mais c’est quoi un vol charter ?

Un vol non régulier, à l’inverse de ceux des compagnies commerciales qui sont programmés pour aller tous les jours à la même heure au même endroit.

 

Moi qui pensait que le métier d’hôtesse de l’air offrait une vie à la tranquillité aléatoire…charter rime avec galère, multipliez cela par dix.                                                                                   Ma boite à la particularité d’assurer des vols pas seulement pour son compte, mais celui d’autres low cost compagnies. Ce qui lui vaut le titre d’ACMI (??)

Rien à voir avec Roger Rabbit et l’univers de Looney Tunes. Ils proposent tout le package : l’Avion mais aussi les Crew (nous), la Maintenance et L’Insurance.

 

Sur le "long" terme (entre un et six mois..) Ou à la dernière minute. Un problème technique, besoin d’un avion ? Ils en ont.

Dans ces cas la, par essence, c’est le souk total l’imprévu. Quand devait partir le vol.. le jour même, ou la veille? Où est l'avion? Tout le monde a l'air fort bien renseigné, nous les premiers. On pourrait appeler ça " Lost in the airside ".                                                          

Ou bien " La grande débrouille " : Que va-t-on servir, à qui?

 

Comme dans une voiture de location, les usagers précédents ont laissé quelques trucs à l’intérieur : tiens, des jouets de Tomasse couke.                                                                           Ces bouteilles de vins ? Ah oui vous pouvez les prendre. Pareil pour cet énorme carton de muffins, c’est pour les crew. Un conteneur qui appartient à Aigre Assure, un autre à Erre al Guerri. Et ce four, haha.

 

Lors des "projets" planifiés d’avance nous savons pour qui nous allons travailler et où, du moins pour quelques semaines. Les dispatchers nous éparpillent sur les différentes bases, on se déplace au même rythme que les gipsy.                                                                                  

Des roulements sont prévus pour ne laisser personne croupir trop longtemps au milieu de nulle part, les allées et venues se font en décalé.                                                                   Notre deuxième maison : les hôtels, que nous hantons avec une discrétion discutable.

 

Home : chacun parle de chez soi avec des étoiles dans les yeux. En contrepartie d’avoir une valise comme domicile fixe, trois lettres magiques apparaissent régulièrement sur mon roster : MPL. Même Pas Loin ?

 

Montpellier (mèèzon). Souvent accompagnée d’un code à double tranchant : RES.

 

Non pas Ri En à Signaler…plutôt Reste En Suspens, ou Réveil En Sursaut. La réserve est une sorte de standby à rallonge : moyennant un délai de huit heures, répondre présent et sauter dans un avion en tant que passager pour sauver le monde effectuer un vol d'ailleurs. Ce qui m’a permis d'être envoyée à Paris le trente-et-un décembre.

 

Meilleur moment de la journée, j’enfile consciencieusement ma veste haute visibilité avant d’aller sur le tarmac. Un peu comme les dossards de sport collectifs au collège - mais ouvert -, on est tous dans la même équipe : jaune fluo. Le premier qui se fait écraser ou aspirer par un engin à roulettes est éliminé.

Nous sommes le premier janvier et il est bientôt quatre heures du matin, à cette heure-ci mes amis doivent être en train d..

 

- Djouli, tout va bien ? 

 

- Oui pourquoi ? 

 

- Tes lunettes ne sont pas conformes. Ni la couleur, ni la monture. 

 

Et vous la belle-mère.. Rouge sang c’est presque assorti au foulard.                                           Je vous ai épargné celles avec des verres énormes - dites bleu grenouille car elles me font ressembler à un batracien -, signe de très, très mauvais jour.

J’ai surement l’air aussi intéressée que si on me parlait de manucure :

 

- Tu écoutes ce que je dis ? 

 

- Oui. J’ai été appelée en réserve et j’ai oublié mes lentilles. 

 

L'heure est mal choisie pour débattre normes et conformité. Qui plus est, avec quelqu'un qui vient d’un endroit où l’on mange du poulet au fromage. Pitié pour les appelés.                           J’ai dû penser trop fort, elle fait la même tête que mon père quand je veux lui emprunter sa voiture.

 

En vrai, j’ai essayé de les mettre et je me suis trompée : la droite à gauche et la gauche à droite, vision à effet psychédélique immédiat. Aucune envie de remettre les doigts dans mes yeux qui imploraient un truc du style " Nonn ne fais pas ça ! "

 

Happy face, nous allons au Cap vert. Paradisiaque ? Oui.. si on y restait. Mais nous repartons aussitôt, petits avions dit petites escales - la plupart du temps il n’y en a pas.                           Les clients qui sous-traitent le font en bonne et due forme, nous confiant avec soin les vols dont personne ne veut.                                                                                                                 Des destinations bêtes noires et autres plus-de-secteurs-possibles quand ce ne sont pas des escales inutiles (pourquoi pas cinq heures de sommeil au nord du Danemak, Aaalborg)

 

Mais alors, pourquoi ne pas travailler directement pour une compagnie low cost ?

 

Car les charters, c’est toujours différent.

 

On n’est jamais à l’abri de bonnes surprises, comme ce découcher après une petite heure de vol, affrètement spécial pour le Paris Saint Germain et leurs entraîneurs..l'équipe féminine, ha.

La vraie escale c’est la base à partir de laquelle on effectue les vols : j’ai commencé par une banlieue au charme unique en Belgique

Mes précédents voyages au Vietnam ayant été marqués par les joies des tickets standby, j’étais alors loin de me douter que notre équipage au complet serait envoyé à Hanoi dans un de nos appareils : trente personnes dans un Airbus de cent quatre-vingt places.

 

Sans transition, après l’humidité asiatique direction la glacière scandinave et la compagnie Nord Vé! Jeanne. Haut les cœurs, certains jours la force du vent donne la nette impression d’être à bord d’un gigantesque cerf-volant.                                              

Heureusement, on s’adapte plus facilement que le porte-monnaie : dans les rues de Hanoi on mange pour un euro, à Copenhague le triple de cette somme correspond tout juste à un paquet de chips.

Nous avons l’occasion de travailler avec les stewards d’autres compagnies. Se confronter à la réalité du "c’était mieux avant" des vétérans du vol à Malte, faire des blagues et rigoler avec les belges. Ou toute seule en essayant de faire de l’humour chez les vietnamiens.

 

Il n’est pas impossible de se réveiller difficilement après six jours de travail d'affilés et recevoir un message qui dit, en gros: rester dormir aujourd’hui. Les vols sont parfois interrompus pour cause de A.O.G. Aircraft On Ground : avion au sol, en attente de réparation ou de la pièce manquante.*

 

Inquiets, tout le monde en parle comme si c’étaient des enfants (pire encore, des enfants qui couvent une maladie). Le nom des appareils correspond à la dernière lettre du numéro d’immatriculation en code alpha : " Oscar est au sol, mais ils ont envoyé Tango de Riga**. Les vols du matin seront effectués sur Sierra au lieu de Papa."

 

Ah, ils m'envoient à Paris Roissy avant d’être basée en Chermany, je vais enfin pouvoir défaire ma valise tranquillem..ach NEIN changement.                                                                             Le planning peut changer jusqu’à plusieurs fois par jours. Froid, chaud, froid : une halte à Malte, un dernier détour à Hambourg, puis.. Ciao, malakas !

 

" Tu va voler pour l’arrogance ? me dit Paul avec malice. Tu sais pourquoi je les appelle Air Chance ? On est jamais certains d’arriver à destination, sur chaque modèle d’avions il y a eu des crCENSURE. "

 

" Et si tu veux revenir ? ", " Bonne chance !! ", " Tu nous raconteras "

 

On dirait que je pars dans un pays lointain.

 

Mais cette fois ci, c’est le mien.

 

 

 

 

 

 

 

* Interdiction de s’en réjouir publiquement car cela coûte cher en perte, un avion immobilisé. Et l’équipage s’en passerait bien lorsqu’il est bloqué dans des endroits exotiques comme Nador j’adore.

 

** Là où tout à commencé. Pareil que DubaÏ, mais avec des températures négatives : c’est le quartier général, lieu de formation, là d’où viennent les avions. Mais aussi symbole d’autorité. Exemple : Riga m’a appelé, c’est la mouise.

 

 

Charters
Commenter cet article

À propos

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hotesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.