Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hotesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.

11 Jul

Shoot me

Publié par Plume

Ibiza, cela ressemble à un décor de cartes postales, d’ailleurs il y en a même qui en envoient.

Les plages, le port, les ruelles dallées qui font penser à la Provence.

Mais tout ça, c'est très peu pour monsieur Hubert, alias le photographe. 

La mer en fond? C’est d’la merdasse. C’est moche et flou, cela ne rend rien.

Surtout avec des habits de starlette, il préférera installer son pied d’appareil photo en face de grilles en fer ou de zones en travaux.

Premier jour, au port d'Eivissa. Loin de la jetée et l’eau turquoise en arrière plan.

Le mur de béton là, c’est marrant. Ce qui est intéressant c’est l’effet de décalage. Je ne vous prendrai jamais en photo devant un décor convenu d’avance, rien de plus cliché.

Des endroits désaffectés, de préférence avec des graffitis ou panneaux de chantiers.

Quand tout est symétrique on s’emmerde. Le contraste c’est le rythme.

Deuxième jour, on passe à coté de bancs en canisses et de plantes.

" Regardez, ça peut être joli non ?" dis-je en montrant les bambous entourés de mosaïques.

On peut voir une lueur s’allumer derrière le reflet de ses lunettes rondes, avec lesquelles je communique presque exclusivement.

Oui c’est parfait, mettez-vous par ici.

Il m'indique ce qu’il y a à coté : une boutique fermée, avec des grilles de charcutier.

L’ancien directeur artistique de ELLE emploie les mêmes expressions que mes grands parents, mais il ne faut pas mal les interpréter :

Quand je dis "depuis Mathusalem"  cela fait juste référence à la grande bouteille d’alcool. Des Mathusalem qui contiennent deux litres de champagne, on en fait plus de nos jours.

Troisième jour, direction la Marina." Photos devant les bateaux ?" je demande ravie.

Oui, j’en ai vu avec des bâches. Vous rentrez dans ces souliers ?

Il me tend des talons de douze à faire pâlir la plus délurée des cagoles marseillaises. Aucun problème, j’ai pris option chaussures de pouf à la fac.

Il ne faut pas que votre corps soit aligné, décalez moi tout ça. La vie sans contraste c’est la mort subite.

La mort subite est très justement incarnée par ces grandes aiguilles qui perforent mes talons.

Si vous êtes contrariée, ça va se voir sur la photo. Vous n’avez pas l’air à l’aise.

Sans blagues. Mal aux pieds + soleil dans la rétine, j’ai connu des jours meilleurs.

Un français vient interrompre mon supplice : " Vous voulez faire du bateau ?"

Et voilà qu’on va visiter son yacht, je suis (momentanément) sauvée.

Cet après-midi on va faire des jambes.

Comprenez : faire des photos de mes jambes sur ces échasses, sur le balcon. Avec la jupe d’Esméralda, perché no.

Vous pouvez grimper sur ce tabouret ?

Grimper oui.  Le challenge sera d’y rester, les seuls appuis consistent en une corde à linge et un bout de muret sur le côté. Si je perds l’équilibre déjà fort incertain, il n’y a RIEN dessous. Ah si : le vide, sur deux étages. En visant un peu je peux éventuellement m’écraser atterrir sur le balcon d’en bas, avec le chat qui se prend pour Shere Kan.

Très bien, sur un pied c’est mieux. Mais non vous n’allez pas tomber. Je vous ai demandé ça parce que je sais que vous en êtes capable. 

La mer juste en face fait des appels aussi puissants qu'un gâteau au chocolat, grandissant avec la chaleur. Il y a donc un dieu pour les modèles-sur-tabourets, voeu exaucé : 

Allez faire un plouf, vous l’avez bien mérité.

 

 

 

 

Shoot me

 

 

Commenter cet article

À propos

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hotesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.