Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hôtesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.

10 Oct

Bienvenue à l'hôpital

Publié par Plume  - Catégories :  #Ciel, #Terre, #Listes

Moi qui n'avait pas séjourné dans une clinique depuis ma naissance, le destin a décidé de m'y envoyer plusieurs fois dans un temps restreint. Le voyage n'est pas si différent d'un long courrier, on est tous un peu :


Perdu dans les allées, ailes et annexes de l'hôpital. Un vaste labyrinthe qui vaut bien le bazar régnant dans les aéroports: des chiffres et des lettres, couleurs et couloirs qui donnent la maigre illusion de s'y retrouver. 


Contrôlé dix fois par jour: répétez votre nom, prénom et date de naissance. Des allergies? etc.. Une vérification d'identité semblable à celle de la présentation systématique du passeport et carte d'embarquement, qu'on vous demande ici et là et encore là.


Dépouillé de tout ce qui brille. Vêtu d'habit de cosmonaute lumière, pas la place pour les métaux, liquides, bactéries.. Et avant une opération, la chance d'enfiler des petits chaussons. Les mêmes qui permettent de traverser dignement les rayons X.


Impatient de voir arriver les brancardiers (sans lesquels vous ne pouvez vous déplacer) que l'on guette comme les passerelles permettant le débarquement des passagers. 


Identifié avec un petit bracelet au poignet, tel une valise qu'on souhaite retrouver à bon port.


Anxieux: le chirurgien opère plusieurs fois par jour, et si cette fois..? Je pense au nombre d'avions qui décollent chaque minute, une chance infime que le crash vous soit destiné.


Parqué à plusieurs dans un couloir glacial avant d'accéder au bloc opératoire. Un entassement qui n'a rien à envier à celui des petites salles d'embarquement bondées, suivi d'une attente sur un escalier mobile en plein vent/hiver.


Dépendant des chirurgiens autant que des pilotes, qu'on ne verra qu'après coup. Signe que tout s'est bien passé. 


Endormi par les anesthésistes. Pour ceux qui ont peur en avion, assommé par un somnifère administré par vos soins. Sauf que dans le premier cas vous ne contrôlez rien, surtout pas l'injection traître qu'on vous fait initialement dans le poignet." Oh et puis non c'est trop petit la perfusion ne passera pas, essayons dans l'avant-bras! Mais d'abord arrêtez de gigoter." 

Deux piqûres pour le prix d'une, mieux qu'une compagnie low cost

 

Nourri par les infirmières, que l'on peut appeler grâce à un petit bouton comme les hôtesses de l'air. Non contentes de servir des plateaux repas infâmes, elles montent la garde pendant votre demi-sommeil, toujours présentes en cas d'urgence. 


Secoué par l'anesthésie générale. Fatigue, état nauséeux.. Encore pire que le décalage horaire, le corps aura besoin de plusieurs jours avant d'atterrir. 

 


 

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hôtesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.