Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hôtesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.

16 Feb

Les montagnards

Publié par Plume  - Catégories :  #Terre, #Voyages en image

Doudounes zippées sur le menton, bonnets enfoncés jusqu'aux lunettes de soleil, les montagnards semblent vouloir disparaître. Pourtant on ne voit qu'eux avec leurs vêtements colorés, équipés de baudriers, piolets, cordes, crampons..

 

A en croire le nombre de randonneurs qui se pressent aux beaux jours, la montagne est en train de se démocratiser. 

 

Un peu comme le surf. Tout le monde à la queue-leu leu, et tant pis pour les règles de sécurité et le respect de dame nature. Une tendance montante, facile en apparence..
Il y a quand même une sacrée différence, si j'en ai marre de manger des vagues je rentre. A moins d'être prise dans une série, le rivage est rarement à plus de trois minutes de rame. En altitude la voiture ou le premier village est plutôt à cinq heures. Minimum, ce qui implique de ne pas se perdre en chemin et que les éléments ne se déchaînent pas. 
Amoureux de grands espaces et de verticalité; les montagnards sont alpinistes, grimpeurs, guides ou bergers.
Océan ou montagne, même combat : la nature a toujours le dessus. 

 

"Partir sur les sommets ne s'improvise pas, explique Sylvain. On va en montagne uniquement s'il fait grand beau, et même dans ce cas là on est à l'abri de rien. Si l'on n'est pas sur, il faut savoir renoncer : mieux vaut regretter d'être en bas que d'être en haut. Tu peux te prendre la foudre, être pris dans la tempête, attraper des engelures à cause du vent. Le principal danger est de chuter et mourir de froid."

 

Suisse allemande, 2020. On est en plein mois d'août et un soleil brûlant tape sur la cabine de téléphérique qui nous emmène à environ trois mille mètres, au-dessus du glacier d'Aletsch, qui fait la fierté du canton du Valais.
Brillante invention, la montagne pour ceux qui ont la flemme de grimper, je pense en étouffant dans mes épaisseurs, tandis que les autres touristes sont en t-shirt. 


"Il est préférable d'être trop couvert que pas assez, sinon il n'y a plus qu'à redescendre, conseille Sylvain. Pour l'instant il fait beau mais au moindre nuage la température peut chuter de manière spectaculaire, sans l'équipement adapté on prend inutilement des risques."

 

Le froid et l'altitude rendent l’ascension encore plus difficile, à cela peut s'ajouter la pluie, des blessures éventuelles, le risque de se perdre et les jambes qui s'affaiblissent au fil des heures. Lorsqu'on est deux - ce qui est plus que conseillé sur les voies de grande envergure - la compagnie de l'autre vire parfois au cauchemar lors des dernières heures : le manque d'oxygène rend malade si l'on n'est pas acclimaté, et l'on n'est plus en mesure de s'entendre avec son partenaire de galère.

S'encorder à défaut de s'accorder. 

 

Il peste : "Le problème c'est que de plus en plus de monde s'improvise randonneur et se dit: tiens si j'allais faire ce sommet demain? Par exemple au Mont Blanc, avec le réchauffement climatique les chutes de pierres sont de plus en plus fréquentes.

A la première fenêtre météo tous ceux qui attendent au refuge se précipitent, les distances de sécurité entre les personnes ne sont pas respectées et les éboulements peuvent être fatal, voire rendre certains itinéraires impraticables.                                                                                 

 

Tu vois le sérac? A gauche de la moraine, on peut voir une cordée. Ils sont au moins dans une voie en huit, plusieurs longueurs au-dessus de la rimaye. Tu m'écoutes ?"


Non, car je ne parle pas le montagnard. Mais avec un peu d'attention on peut aisément différencier une arête d'un pic, un pierrier d'un alpage. Plus facile, un patou d'une marmotte ou un bouquetin. 


La montagne, ça vous gagne ! 
On connaît tous ce fameux slogan. Il faudrait rajouter : vous consume, passionne, dévore au point d'en oublier le danger. 
Une multitude de sites internet rendent la montagne plus accessible, malgré ça savoir lire une carte et connaître le topo par cœur ne suffit pas toujours.
Nombreux ceux les alpinistes tristement célèbres qui, collectionnant les sommets vertigineux, ont été englouti par le dernier. 


Une ascension vers la gloire stoppée net, avec une certitude : la montagne, c'est elle qui gagne.  


 

Küffner, Mont Blanc

 

 

 

 

 

 

Sylvain, Grand Paradis, Italie, 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grand Paradis, 2009

 

 

 

 

 

 

Rémi, Dévoluy 2021

 

 

 

 

 

 

 

Oberland, Suisse 2020
Sylvain, Valais Suisse
Oberland
Vallée de Langtang, Népal 2012

 

 

 

 

 

 

Népal

 

 

 

 

 

 

Gorges du Tarn, Massif Central 2020

Gorges du Tarn, Massif Central 2020

Commenter cet article

Archives

À propos

Voyages, bagages et nuages: le point de vue d'une hôtesse de l'air dans des grands oiseaux en fer.